Bienvenue sur Owari no Seraph RPG !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just Broken - Una Yamadda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lieutenant Colonel
Origine : Japonaise

Fiche de Personnage :
Rang: B
Arme: Un katana noir - démon noir de type possessif nommé Mahiru-no-Yo
avatar
Guren Ichinose
MessageSujet: Just Broken - Una Yamadda   Sam 29 Aoû - 1:10

Just Broken
Una Yamadda & Guren Ichinose
Privé.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Huit ans plus tôt, à quelques mois et quelques jours près. Huit ans déjà qu'il avait commis l'irréparable. Huit ans déjà qu'il avait changé. Huit ans déjà qu'il s'était renfermé, refroidit, noircit. Il était devenu sombre, maniant l'art de la manipulation à la perfection. Ce changement qui avait opéré en lui était-il bien ou mal ? Tout n'était question que de point de vue. Pour sa part, il ne se préoccupait guère de savoir si telle ou telle chose était bonne ou mauvaise. Toute notion de jugement était absurde. Tout le monde se pensait bon de tout façon. Il soupira. Sa main vint se poser délicatement sur le fourreau de son katana. Elle était là depuis huit ans. Huit ans. Le temps passait vite tout de même. Les gardes lui ouvrirent la porte en le voyant venir. Il ne prit point la peine de les regarder, encore moins de les saluer. Ils n'étaient rien d'autres que de simples soldats de l'Armée Impériale Démoniaque. Que représentaient-ils pour lui hormis de simples jouets des Hiragi ? Rien. Il ne se contenta donc que de hocher légèrement la tête lorsqu'ils le saluèrent. L'institut de recherche sur les Vampires était l'endroit où il passait le plus de temps, après son bureau.

Ses pas résonnaient dans l'immensité du laboratoire. À cette heure, il n'y avait pas autant de monde qu'en pleine journée. La plupart des scientifiques faisaient leur pause en même temps, excepté ceux qui mangeaient sur place ainsi que ceux qui étaient bien trop absorbés par leurs recherches pour prendre la peine de manger. Celle qu'il venait voir entrait dans la seconde catégorie. Il s'arrêta devant un coin qui lui était bien plus familier que le reste de la pièce. Un plan de travail imposant par la quantité de machines qu'il présentait. Et juste à côté, une armoire. Ces deux meubles étaient séparés d'un bon soixante-dix centimètres, formant un coin sombre. Il ferma les yeux. Doucement, les souvenirs remontaient. Silencieusement, ils venaient lui pincer le cœur. Il referma plus fermement sa main posée sur son arme et rouvrit les paupières. Elle était mieux là où elle était, oui. À présent elle ne pouvait plus faire de mal à personne. Enfin presque. Seulement, il n'était pas personne.

Souvenirs. Huit ans plus tôt. Il venait d'accomplir la chose la plus horrible qu'il soit. Mais il n'avait eut le choix. Indirectement, il y avait été contraint. Une fois chose faite et le choc passé, il s'était réfugié dans ce fameux coin. Sa chemise était encore couverte de sang, il se le rappelait fort bien. C'était alors qu'ils s'étaient trouvés, elle et lui. Impuissants et tristes. Brisés. Au fond du gouffre. Guren était plus ou moins responsable du malheur de cette demoiselle, devenue une brillante scientifique. Mahiru était responsable de la mort de sa moitié. En tant qu'amant de cette première, il était responsable de ses gestes. Mais en fin de compte, tous deux avaient perdu l'être qui leur était le plus cher. C'était injuste. C'était triste. C'était blessant. C'était la vie. Partageant la même épreuve, ils s'étaient finalement soutenus. Elle l'avait trouvé, lui avait tendu la main. Il s'était relevé, tremblant et les yeux remplis de larmes. Il s'était relevé faible. Brisé par son propre geste.

Il s'approchait de sa destination. Peu à peu, il se vidait l'esprit afin d'oublier ces souvenirs dont il n'était pas fier. Tous deux avaient bien changés depuis. Il avait perdu cette innocente joie d'amoureux. Son sourire n'était plus aussi radieux qu’auparavant. Il était bien souvent faux. Il ne semblait même plus donner d'importance aux autres. Pourtant, il se souciait réellement des siens, sa famille et ses amis. Elle, elle avait vu ses penchants sexuels changer. Pour cela, on la traitait de folle. Il était vrai qu'elle semblait vraiment dérangée par moments. S'il ne l'avait pas connue sous un autre jour, il ne se serait probablement pas approché d'elle. Mais elle était brillante et digne de confiance, folle ou non. Après tout, elle n'avait qu'une petite, enfin plutôt grande, particularité. Bon, peut-être qu'un petit fossé la séparait à présent de la catégorie « standard » de la race humaine. Certainement. Mais les standards étaient ridicules. Personne n'était normal.

Le cliquetis de sa semelle heurtant le carrelage s'interrompit. Ses pas ne résonnaient plus. Guren s'était arrêté. Ses yeux, bien que cachés par quelques unes de ses mèches rebelles, fixaient une jeune femme dont les reflets de la chevelure s'approchaient de leur teinte pourpre. Il venait de s'arrêter sur le seuil du laboratoire spécial de la scientifique. Le laboratoire qu'il visitait le plus. Ici étaient élaborées les expériences que les Hiragi ignoraient. En soit il était amusant que la famille de tête de l'armée ignore une partie de ce qui se passait en son sein même. Ces expériences en étaient la preuve même qu'il était possible de leur dissimuler des choses. Sa voix masculine brisa le silence. « Bonjour Una. » Comment ? Monsieur le lieutenant-colonel le plus impoli de l'univers qui disait bonjour ? C'était possible, oui.

Tout n'était pas question de respect. Il respectait Shinya. Et pourtant, il ne le saluait jamais par exemple. Alors pourrait-on pour autant dire qu'il était impoli avec ceux qu'il appréciait et poli qu'avec ceux qu'il détestait ? Non. Jamais il ne prenait la peine de faire dans la politesse, peu importait de qui il s'agissait. Mais la demoiselle Yamadda, il la saluait. Bien qu'il l'appréciait, elle n'avait pourtant pas autant d'importance à ses yeux que certaines personnes pour lesquelles il ne prenait guère la peine de se montrer correct. Sans doute était-ce en raison de sa particularité. Ou bien même que cela l'amusait tout simplement. Une fois son attention captée, il enchaîna. « Je sors le plateau ? » Un fin sourire en coin s'affichait sur son visage. Tous deux avaient pris l'habitude de discuter autour d'une partie d'échec. Ils ne le faisaient pas systématiquement mais suffisamment souvent pour qu'il se permette de faire comme chez lui et de fouiller un peu partout pour la trouver.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(1000 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scientifique
Origine : Singapourienne

Fiche de Personnage :
Rang: E
Arme:
avatar
Una Yamadda
MessageSujet: Re: Just Broken - Una Yamadda   Mar 22 Sep - 3:39

Una était dans son bureau depuis l'après-midi... Hier. Un nouveau corps à analyser était entré au labo hier matin. Depuis que ce corps est entré au laboratoire, elle n'a pas pris une minute de pause, ni dormis. Ce n'était pas un corps comme les autres. C'était le corps d'un humain en était de transition, il n'était pas encore vampire, ni tout à fait humain. Il fut tué pendant la transition. Una tentait de déterminé le changement au niveau génétique. Le corps n'allait pas vers la décomposition ni vers la dégradation. Le corps avait acquéris des éléments de la structure de la nature vampirique sans avoir été complété. Elle imaginait déjà les utilisations possible si elle pouvait isolé les génomes porteurs et les reproduire artificiellement. On parlerait d’habilité vampire chez des humains, quelque chose d'inimaginable jusqu'à présent. Le corps était celui d'une femme de l'escouade Gekki, plutôt séduisante, grande jambe et cheveux blond. Voilà plus de 6 heures de temps que Una lui parlait. Des blagues jusqu'aux confessions, Una avait à sa propre façon une nouvelle amie.

Alors qu'elle parlait de sa diète, elle entendit quelqu'un entré et vit qu'il s'agissait de Guren. Cet homme, elle ne l'avait jamais bien saisit. Elle ne comprenait pas ce qu'il cherchait dans son amitié avec elle, depuis le premier jour, elle ne vit que du tord. Être ami avec une femme pareil lorsqu'on est militaire, ca ne donne pas une réputation de sein d'esprit. Pourtant Guren démontrait un certain attachement envers elle, ou du moins il ne démontrait aucune frustration, ce qui est un équivalent lorsqu'on parle de Guren. Ce qu'il voulait? Même chose que d'habitude, une discussion à son niveau. Les enfants ne sont pas très impressionnants intellectuellement ou philosophiquement. Il n'y a pas beaucoup de gens que l'on peut allé voir pour discuter de chose adulte. Una n'avait pas ce problème parce que les morts écoutent sans interruption. Pour quelqu'un de normal, les choses étaient différentes.

Elle l'observa entré et se diriger vers le jeux d'échecs. Oui, ils jouaient une partie à chaque fois qu'il venait. Au départ ce n'était qu'une suggestion, mais c'est devenu une routine pour eux. Cela changeait les idées et permettait de faire quelque chose de différent. Alors que Guren préparait ses stratégies de guerre à deux balles, Una changeait son plan plusieurs fois dans la même partie. Il n'était pas question de savoir ce que Una cherchait à faire, mais à savoir de quel objectif à quel objectif va-t-elle changer. Un truc surprenant, elle arrive à gagner ainsi. Elle vit le plateau approcher, alors qu'elle recouvrait le cadavre à ses côtés sur la table d'une couverture qui s’imprégna instantanément du sang sur le corps. Una afficha un sourire satisfait sur son visage et dit à Guren:

- Difficile de se passé de moi? Je prend les noirs.

Una vit le jeu se poser sur la table carré derrière elle. Elle pivota avec son fauteuil, les jambes croisés. Elle jeta un coup d’œil à droite pour regardé le corps sur la table d'autopsie. Elle se doutait que Guren serait très intéressé à savoir les résultats d'une telle trouvaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Origine : Japonaise

Fiche de Personnage :
Rang: B
Arme: Un katana noir - démon noir de type possessif nommé Mahiru-no-Yo
avatar
Guren Ichinose
MessageSujet: Re: Just Broken - Una Yamadda   Mer 23 Sep - 23:21


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sans même attendre de réponse, le noiraud avait déjà commencé à fouiller les meubles présents. À vrai dire, il savait pertinemment où se trouvait la boîte contenant le plateau et les pièces mais il était toujours intéressant de farfouiller là où il n'avait pas à chercher. Il savait pourtant qu'on ne pouvait rien lui cacher mais juste pour s'offrir le plaisir de fouiller partout sans permission, il le fit quand même. Et puis, sans doute espérait-il trouver quelque chose d'intéressant qui pourrait lui offrir une occasion de l'embêter un peu même s'il n'avait pas besoin d'une raison valable pour le faire. Il embêtait qui il voulait et quand il voulait de toute façon. Il trouva donc la dite boîte, à sa place. Dans les autres placards, il n'avait rien découvert. Il n'en fut pas pour autant déçu. Pour tout le monde, mieux valait ne rien tenter de dissimuler. Et même, mieux valait que ce soit Guren qu'un Hiragi qui tombe sur un petit secret. Il n'était pas plus clément mais il était certain que le lieutenant-colonel ne ferait jamais remonter ses découvertes à ses supérieurs.

Ses doigts pianotaient sur la boîte alors qu'il s'approchait de la table pour venir installer la partie. Jouer aux échecs nécessitait un peu de réflexion mais c'était toujours quelque chose d'assez distrayant. Et puis, Guren était toujours intéressé lorsqu'il s'agissait d'obtenir les résultats de ses expériences secrètes. Ainsi, il prenait de l'avance dans sa course contre ces détestables personnages. Et puis, avec Una comme complice, il pouvait être plus ou moins certain qu'il n'y aurait aucune fuite. Son originalité la rendait désintéressante aux yeux de certaines personnes dont le noiraud n'appréciait guère la présence. Cette originalité l'arrangeait en quelques sorte. C'était du Guren, s'il pouvait y tirer du profit, il n'allait pas se gêner. Il prit une chaise et s'assit à la table, ouvrant la boîte pour déposer le plateau. Un léger sourire flotta un instant sur ses lèvres lorsqu'une pensée lui vint. La réalité était un peu comme ce jeu auquel ils allaient jouer une fois de plus.

La voix de la scientifique se fit enfin entendre alors qu'il posait les pièces sur la table. Alors il ricana avant de la fixer avec un petit rictus. « Difficile de me passer de tes expériences plutôt. » Il commença à poser tranquillement les pièces sur l'échiquier pendant qu'elle se rendait disponible. Guren n'était pas juste venu pour jouer et elle devait bien s'en douter. Una n'était tout de même pas stupide. Et lui savait tout autant qu'elle ce qui l'avait poussé à venir, et il ne s'agissait pas que de l'ennui ou la solitude. La réponse était sur la table d'autopsie. Juste derrière elle. Juste dans son champ de vision direct à lui. Là, sous ses yeux. Pourtant, il n'en dit rien pour le moment, continuant de placer soigneusement chaque pièce. Il en était à présent aux pions. N'était-ce pas le plus important, les pions ? Sans eux, qui sacrifier sans aucun remords ? Les pions étaient et seraient toujours indispensables.

Sa tâche finie, il plongea son regard dans celui de la jeune femme. Le noiraud n'était pas vraiment pressé de connaître les résultats de son étude. À vrai dire, il aurait préféré ne jamais avoir à revenir voir ce corps. On le lui avait déjà montré puisqu'il s'agissait de nulle d'autre qu'une membre de la Brigade. Il ne la connaissait que peu mais il savait qu'elle n'était pas détestable. Elle était même plutôt appréciée dans son escouades, à en juger par les larmes qu'il avait vu et les congés qu'il s'était vu donner pour laisser le temps à ses anciens camarades de faire leur deuil. Il n'était jamais simple de voir partir l'un des membre de la famille mais une guerre ne pouvait se gagner sans qu'il y ait de morts. Elle en était la preuve même. C'était une des tristes réalités auxquelles ils étaient confrontés. Guren se fichait bien du fonctionnement même de l'armée Impériale, dans sa Brigade, il était toujours au courant de tout. Y compris des mauvaises nouvelles.

Il sourit. « Honneur aux dames. » lui dit-il en accompagnant ses paroles d'un geste de sa main. Ce n'était guère un quelconque signe de galanterie. Le noiraud aurait pu, sans aucun problème, déclarer qu'il commençait parce qu'il était pressé et que chaque coup comptait. Mais en réalité, il n'avait rien à faire de l'ordre de jeu. Les échecs n'étaient qu'un petit plus, ce qui l'intéressait était ce qu'Una pouvait avoir à lui raconter. C'était justement pour cette raison qu'il la laissait commencer, pour qu'elle délie sa langue et crache les informations sans qu'il n'ait à les demander. Voyons, il ne devait tout de même pas paraître intéressé. Ce serait tellement dommage. Mais la curiosité le piquait, en dépit de la désolation de savoir un membre de cette « famille » morte. Elle ne le serait pas en vain après tout. Grâce à elle, leurs recherches pouvaient progresser. Mais de là à prétendre que sa mort était bien tombée, non. Guren n'avait pas particulièrement apprécié la nouvelle. Et ainsi, en quelques sortes, son échec.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(851 mots)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Just Broken - Una Yamadda   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just Broken - Una Yamadda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» « Boulevard of Broken Dreams »
» Broken Wolves PV Tybalt
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Owari No Seraph RPG :: Japon :: Institut de recherche sur les Vampires :: Laboratoires-